Un plan d’actions pour lutter contre le changement climatique dans les Alpes

Dans le cadre de la Xème conférence de la convention alpine qui s’est tenue à Evian, les 11 et 12 mars 2009, les ministres représentant les 8 états-parties ont adopé un plan d’actions pour la lutte contre le changement climatique qui prévoit à la fois des mesures d’atténuation des émissions de gaz à effets de serre, mais surtout des mesures d’adaptation aux effets du changement climatique. Au programme : mise en place de mesures de régulation du transit des marchandises dans les Alpes, réalisation d’une trame verte transalpine (mise en continuité des espaces protégés), installation de petites centrales hydroélectriques, pour promouvoir cette source d’énergie renouvelable ...

Crédits photos : MEEDDAT/Laurent Mignaux


Le communiqué de presse :
Xème Convention alpine : Les ministres adoptent unanimement un plan d’action pour la lutte contre le changement climatique dans les Alpes

La Xème conférence de la convention alpine a réuni, à Evian, les 11 et 12 mars, les ministres représentant les 8 états-parties à la Convention alpine (Allemagne, Autriche, France, Italie, Lichtenstein, Monaco, Slovénie, Suisse).
La Convention alpine est un traité international qui promeut la protection environnementale des Alpes et favorise les coopérations interrégionales entre les pays alpins.

Cette conférence, présidée par Hubert Falco, secrétaire d’Etat à l’aménagement du territoire, clôt deux ans de présidence française marquée par la priorité accordée au changement climatique dans les Alpes et à la promotion du tourisme durable dans l’arc alpin.

Unanimement, cette réunion de travail a débouché sur l’adoption par les états alpins d’un plan d’action conjointe pour la lutte contre le changement climatique qui prévoit à la fois des mesures d’atténuation des émissions de gaz à effets de serre, mais surtout des mesures d’adaptation aux effets du changement climatique, indispensables pour que le massif alpin (trois fois plus exposé que la moyenne), se prépare aux évolutions climatiques à venir.

Les ministres des états alpins ont décidé dans ce cadre :


- De travailler avec leurs collègues des transports du « groupe de Zurich » qui réunit la Suisse, l’Italie, l’Autriche, l’Allemagne et la France, pour accélérer la mise en place de mesures de régulation du transit des marchandises dans les Alpes.
- D’identifier les opérateurs touristiques proposant une offre de transport et de séjour « économe en carbone » et de valoriser les meilleures réalisations.
- De dresser une cartographie partagée des risques liés au changement climatique dans les Alpes
- De réaliser une trame verte transalpine (mise en continuité des espaces protégés) pour permettre l’adaptation des plantes et des espèces animales au changement climatique en facilitant leurs migrations, en s’appuyant sur la collaboration de la task force des espaces protégés basée à Chambéry
- De mettre en place une approche commune du suivi des forêts de montagnes dans le contexte du changement climatique
- De réfléchir à des principes communs d’installation dans le respect des milieux aquatiques et de la biodiversité- de petites centrales hydroélectriques, pour promouvoir cette source d’énergie renouvelable dont les Alpes sont abondamment dotées
- D’étudier, d’ici la prochaine conférence, les moyens nécessaires à faire du massif alpin une région neutre sur le plan carbone d’ici 2050.

La Conférence alpine a également permis de récompenser six réalisations exemplaires de tourisme durable dans chacun des pays alpins. En France, le prix a été décerné au projet de diversification touristique à l’Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes).

La Convention alpine du 7 novembre 1991, qui lie les huit pays de l’Arc alpin et l’Union européenne, a pour objectif d’assurer le développement durable du massif des Alpes en conciliant protection de l’environnement et développement économique régional.

logos iffo rme ihméc méddé HCFDC réseau ideal Science Frontières AFPCN l’institut des risques majeurs
Copyright © 2009 Les risques majeurs. Conception & réalisation De Bussac Multimédia.