Prévention des inondations : le Louvre passe à l’action

Plus de 200.000 œuvres du Louvre sont conservées en zone inondable, un risque majeur en cas de crue centennale de la Seine. Pour préserver ces chefs-d’œuvre inestimables, les responsables ont pris des mesures de protection du musée contre l’inondation sur le site même et ont entrepris  de déplacer ses réserves dans un lieu protégé.

 

70% des réserves du Louvre, stockées sur environ 8 600 m2, et une partie des espaces d’exposition du Musée sont situées en zone inondable, en dessous du niveau qu’atteindraient les eaux de la Seine en cas de grande crue. Des dizaines de milliers d'œuvres subiraient des dommages irréversibles si la catastrophe se produisait. Pour préserver les chefs-d’œuvre inestimables du Musée les autorités ont mis en œuvre des mesures de préservation contre le risque de crue.

 

Copyright : aleas.terre.tv

 

L’eau arriverait par en-dessous…

En cas de crue majeure, l’eau arrivant par les sous-sols - du fait de la sousverse de la nappe phréatique et de la saturation des égouts de Paris occasionnée par la crue - submergerait les caves du musée occasionnant des dégâts, en particulier sur des dispositifs techniques et des réseaux localisés dans ces caves. Des solutions de pompage permettent déjà de réguler les fluctuations de la nappe phréatique pour éviter ce phénomène. Ces solutions vont être renforcées par quatre grosses pompes de relevage qui permettront de relever l’eau et de la renvoyer vers les égouts.

…et par au-dessus

Lorsque la Seine atteint une hauteur critique, comme en 1910 par exemple, le Louvre est également menacé par la surverse des eaux de la Seine. En plus des réserves du musée, de nombreux espaces d’exposition seraient noyés sous les eaux.  Des cloisons provisoires - murs masques ou batardeaux - peuvent être mis en place du côté de la Seine pour former une première barrière contre les eaux.

Mettre les œuvres à l’abri

En cas d’alerte crue, les responsables n’auront que 72 heures pour mettre en œuvre les programmes d’évacuation. Or, les équipes du musée n'arrivent pas, lors des exercices d'alerte, à évacuer l’ensemble des œuvres dans ce délai. Dès 2002, suite aux alertes de la préfecture de police de Paris, le Ministère de la culture et de la communication a engagé un plan de mobilisation de grande ampleur. Une première action avait consisté à déplacer des œuvres vers des parties du bâtiment non susceptibles d'être inondées.

… et déplacer les réserves en zone non inondable

Par ailleurs, pour préserver ses gigantesques réserves, le Louvre a pris le parti de construire un centre de réserves de 20.000 m² à Liévin près du Louvre-Lens, pour un coût de 60 millions d'Euros. Le chantier doit commencer en 2016 et se terminer en septembre 2018. Les collections pourraient déménager vers ce centre de stockage protégé à partir de la fin de l'année 2018.

Un plan stratégique de réaction rapide

L’ensemble des mesures de protection est encadré par un PPRI (Plan de Prévention du Risque Inondation), un plan stratégique qui coordonne l’ensemble des actions et des mesures à mettre en œuvre en cas de grande crue. Ce plan permet à chacun de savoir ce qu’il devra faire le jour venu, car en cas d’alerte, il faudra faire vite : pas de place pour l’hésitation ou l’improvisation.

 

Le Louvre

Le Louvre est un musée hors norme autant par sa dimension que par son patrimoine. Grand comme 35 terrains de football, il accueille 10 millions de visiteurs en moyenne chaque année. Il possède 460 000 œuvres référencées au total, dont 140 000 œuvres graphiques, 35 000 d’entre elles étant en exposition. 2 290 agents travaillent en coulisse pour le musée, dont 65 conservateurs et quelque 1 200 agents qui veillent sur la sécurité et les œuvres

Le PPRI

Le Plan de Prévention du Risque Inondation (PPRI) est un document qui réglemente l’urbanisation dans les zones soumises aux risques d’inondation. Le PPRI fait partie des Plans de Prévention des Risques Naturels Prévisibles (PPRNP). Ces derniers s’intéressent aux risques générés par différents phénomènes naturels tels que les mouvements de terrains, les inondations, les séismes... et pouvant affecter les activités humaines

Et pour les autres musées ?

 Pour les musées d'Orsay, de l'Orangerie, des Arts décoratifs et pour l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, les œuvres situées dans les réserves sont entreposées dans des conditions permettant leur déplacement vers des zones protégées dans le délai de 72 heures. La direction générale des patrimoines s'emploie à élaborer et à actualiser avec ces établissements leur plan de protection contre les inondations (PPCI). Ces musées sont en outre incités à organiser régulièrement des exercices grandeur nature de retrait des collections. Ces exercices de simulation d'évacuation permettent d'évaluer la méthodologie ainsi que les matériels à mettre à la disposition du personnel, tout en testant  la pertinence des parcours vers les zones de repli.

logos iffo rme ihméc méddé HCFDC réseau ideal Science Frontières AFPCN l’institut des risques majeurs
Copyright © 2009 Les risques majeurs. Conception & réalisation De Bussac Multimédia.