Mieux comprendre les épisodes cévenols

Les trombes d’eau qui se sont abattues sur Draguignan le 15 juin dernier, dévastant la ville varoise en quelques heures, sont la parfaite illustration de ce que les météorologues appellent un épisode cévenol. Ces orages très violents qui déversent un déluge d’eau sur une zone très localisée peuvent selon la configuration des lieux (un bassin-versant qui concentre fortement le ruissellement par exemple) entraîner des crues torrentielles et provoquer comme dans la ville varoise des dégâts considérables, entre les inondations, les coulées de boue, les glissements de terrain, les effondrements de routes…

 Un risque bien identifié

Les épisodes cévenols sont clairement identifiés et surviennent en régions méditerranéennes : ces phénomènes naturels à cinétique rapide se caractérisent par des pluies intenses et durables provoquant des cumuls de pluviométrie de plusieurs centaines de millimètres en quelques heures.  

Les pluies cévenoles, ont généralement lieu au début de l'automne, quand la mer est encore suffisamment chaude, et se produisent par vent de sud, sud-est sur les massifs des Cévennes, des pré-Alpes et des Corbières. Des phénomènes semblables se produisent aussi sur les bassins versants à fort relief situés entre la Catalogne et le Piémont italien.

Les épisodes cévenols sont la résultante de conditions météorologiques bien particulières, à savoir de l’air humide et chaud en provenance de la Méditerranée qui, proche du sol, va rencontrer de l’air très froid en altitude. Par cette rencontre, l’atmosphère deviendra très instable et orageuse. Butant sur le relief des Cévennes et alimentés en air chaud et humide, les nuages orageux vont déverser des quantités d’eau considérables sur une zone très réduite.  Mais là où d'ordinaire un orage ne dure pas plus d'une heure ce qui limite la quantité d'eau tombée, le nuage orageux ,bloqué par le relief, se reforme constamment sur place et peut durer de longues heures.

Pour exemple, Météo France nous rappelle que le 29 septembre 1900, à Valleraugue, un petit village cévenol situé au pied du mont Aigoual, il tomba ainsi 950 mm en 10 heures, soit près de mille litres d’eau par m2.

A Nîmes le 3 octobre 1988, il tomba 400 mm de précipitations en 6 heures ; et durant les inondations de Vaison-La-Romaine le 22 septembre 1992, où ce sont 300 mm d'eau qui tombèrent, dont 150 mm en moins de 2 heures, transformant la rivière de l'Ouvèze en un torrent meurtrier (41 morts) et destructeur (320 maisons endommagées).
 

Images amateur, témoins de la violence de la crue de l'Ouveze
qui dévasta la ville de Vaison-la-Romaine le 22 septembre 1992

Quelle prévention face à un tel risque ?

Autant Météo France est capable de prédire qu’un risque d’épisode cévenol menace une zone, (concernant l'épisode de Draguignan, le Var avait ainsi été placé en vigilance orange dès le 14 juin par les prévisionnistes de Météo France), autant il est impossible de prévoir exactement où ce phénomène va se déclencher localement.

De même, le risque de crue rapide des rivières est placé continuellement sous la surveillance du Service central d'hydrométéorologie et d'appui à la prévision des inondations (Schapi), mais le maillage de cette surveillance n’est pas assez fin pour détecter des épisodes cévenols qui par nature n’impactent que des parties très réduites du territoire et de simples cours d’eau qui échappent à l’extrême vigilance du Schapi.

Au-delà des indispensables Plans de prévention du Risque inondation (PPRi) et des mesures de mitigation engagées sur les territoires menacés par ce phénomène naturel, la meilleure prévention demeure l'éducation de la population aux risques météorologiques. Qu'elle habite dans une zone susceptible d'être touchée par un épisode cévenole ou qu'elle y passe simplement ses vacances, la population doit acquérir une culture de ce risque de pluies cévenoles afin d'anticiper et ainsi ne pas se laisser surprendre par des inondations soudaines et violentes.

Enfin, des systèmes d'alerte efficaces doivent être développés sur tous les territoires susceptibles de voir des crues torrentielles se produire, afin de pouvoir évacuer en amont toutes les personnes menacées par la montée des eaux. C'est un des points cruciaux de la prévention des épisodes cévenols.

logos iffo rme ihméc méddé HCFDC réseau ideal Science Frontières AFPCN l’institut des risques majeurs
Copyright © 2009 Les risques majeurs. Conception & réalisation De Bussac Multimédia.