Exercice PPMS : préparer les élèves aux risques technologiques

L'explosion de l'usine AZF en septembre 2001 a douloureusement rappelé la réalité du risque technologique dans notre pays. Au delà de la prévention des risques majeurs, il est important que les populations, et a fortiori les plus vulnérables d'entre elles, les enfants, sachent quelle attitude adopter, quels réflexes avoir en cas de catastrophe technologique.

C'est tout l'intérêt des exercices de confinement menés au sein des écoles autour des Plans Particuliers de Mise en Sûreté : diffuser en profondeur auprès des élèves et du corps enseignants les bons réflexes pour répondre dans l'urgence à une menace d'origine technologique. Contrairement à l'évacuation en cas d'incendie, pour se protéger face à un risque d'intoxication le PPMS organise le confinement de tout l'établissement scolaire, jusqu'à l'arrivée des secours. 

 
 
Face à un scénario de crise, le chef d'établissement peut se retrouver désemparé mais doit pour pourtant agir immédiatement pour mettre ses élèves à l'abri jusqu'à l'arrivée des secours. Mais comment agir efficacement et rapidement dans une situation critique, avec des centaines, voire des milliers d'élèves ? C'est le rôle du PPMS de permettre au chef d'établissement de se préparer au mieux en anticipant la gestion de crise.
Depuis 2002 (circulaire du 29 mai), tous les établissements scolaires sont dans l'obligation de mettre en place un tel plan Plan particulier de mise en sûreté.
 
L'élaboration du PPMS demande au préalable d'identifier les risques majeurs prévisibles auxquels l'établissement est exposé. Pour ce travail, le chef d'établissement va s'appuyer sur la préfecture et la mairie qui ont déjà effectué ce travail d'identification des risques à travers le DICRIM, et sur les services de secours locaux (SDIS).
Le réseau de formateurs Risques Majeurs éducation (RMé) avec l'appui d'organismes comme l'IFFO-RME apporte également un précieux soutien aux chefs d'établissements dans l'élaboration et la mise en œuvre des PPMS.
 

Le PPMS validé et amélioré par les exercices

Une fois le travail d'élaboration effectué, le plan ne sera validé que par un exercice grandeur nature de simulation de crise. Mais ce plan doit rester vivant, car il est par essence dynamique et évolutif. Ainsi, chaque année, ce PPMS sera amélioré, de manière empirique, nourris par les exercices annuels qui permettent de capitaliser les retours d'expérience et de dégager les bonnes pratiques de gestion de crise au sein de l'établissement en trouvant ainsi des marges de progrès  d'année en année. Enfin, ces exercices PPMS annuels sont essentiels pour diffuser en profondeur auprès de élèves et du corps enseignant une véritable culture de crise et de l'urgence. 

C'est pour cela que chaque année une journée départementale de mise en œuvre des PPMS permet aux responsables des établissements scolaires de mener un exercice grandeur nature de confinement avec l'ensemble des élèves. Dans chaque Académie un coordonateur risques majeurs et une équipe de formateurs aident les établissements à monter ces exercices PPMS. 

Comme on le constate dans le film, un PPMS est rythmé par des phases clés (alerte, recensement des élèves, confinement de l'établissement par le calfeutrage des fenêtres, mise en sûreté des élèves dans une zone confinable, écoute des consignes et des informations à la radio, fin de l'alerte). L'exercice doit également intégrer des points essentiels et incontournables comme la prise en charge des élèves faisant des malaises ou des crises d'angoisse, la gestion des parents d'élèves au téléphone qui veulent récupérer leur enfant.

Les élèves de la Seine-Maritime face au risque technologique 

Dans tout le département normand, les élèves de la Seine Maritime ont joué le 6 octobre dernier un exercice de crise au cours de la journée départementales PPMS visant à tester la mise en oeuvre du PPMS de chaque établissements. Cette « journée départementale de mise en œuvre des PPMS » était organisée conjointement par la Préfecture, le Rectorat et l'Inspection Académique.

Pour ce département de Seine-Maritime particulièrement exposé aux risques technologiques, le scénario retenu pour l'exercice PPMS de cet année était l'accident routier de transport de matière dangereuse, en l'occurence un camion-citerne transportant un solvant industriel et qui en se couchant sur la chaussée émet des émanations toxiques. Un scénario de crise type qui doit amener l'ensemble des établissements concernés à activer leur PPMS  pour confiner l'école et les élèves.

En Seine Maritime, le bilan de la «journée départementale PPMS» est très positif car plus de 1200 établissements scolaires ont testé leur PPMS, soit un taux de participation de 87 %. Chaque établissement a analysé les fiches d'observation rédigés durant l'exercice, afin d’actualiser le dispositif en remédiant aux anomalies constatées.

Cette année, France Bleu Haute-Normandie s'est particulièrement impliqué en déclenchant l'alerte et en transmettant régulièrement des informations sur l'évolution de la situation. France Bleu est en effet la radio de service publique chargée de l'alerte et de l'information des populations en cas de crise majeure. 

logos iffo rme ihméc méddé HCFDC réseau ideal Science Frontières AFPCN l’institut des risques majeurs
Copyright © 2009 Les risques majeurs. Conception & réalisation De Bussac Multimédia.