Engagement citoyen dans le domaine de la sécurité civile : l’exemple du comité communal Feux de Forets de Tolla (Corse du sud)

L’incendie du 13 aout 2003
Tolla est une  petite commune de montagne de 140 habitants en Corse du sud. Le 13 août 2003 un incendie, dû à un orage sec,  se déclare en milieu de journée sur des zones d’estives à plus de 900 mètres d’altitude. Par cette journée estivale caniculaire le sinistre a tôt fait de prendre des proportions rendant inefficaces les moyens aériens  pourtant rapidement dépêchés sur les lieux. Ce feu durera une dizaine de  jours et ce sont plus de 1000 hectares de gros maquis arbustif qui seront parcourus par les flammes. L’état de sécheresse de la végétation et en particulier le traitement des lisières ont posé des problèmes à l’ensemble du personnel engagé sur ce chantier pour maîtriser le feu. Les couches d’humus ont continué à se consumer en profondeur provoquant ça et là des reprises favorisées par l’important stress hydrique de la biomasse. En raison de ces conditions cet évènement de sécurité civile s’est étalé dans le temps. Le retour d’expérience était non seulement riche d’information sur la gestion d’un feu qui s’inscrit dans la durée mais également sur la gestion d’une population anxieuse et sur le qui-vive.


Risque industriel - SDIS 33
 

De la perception de la menace dépend le comportement des individus
Dans un premier temps lors de l’éclosion du feu, son éloignement par rapport au village ( 3km) quasiment aux confins du territoire de la commune ne suscite que peu d’intérêt, « les moyens mobilisés par les services compétents seront à même de régler le problème » . On constate une sorte de désintéressement vis à vis du sujet : « un feu naissant dans une zone inaccessible et quasiment sur la commune voisine.. .».  Il est clair qu’une mobilisation de la population à cet instant  n’aurait pas eu un grand impact sur l’enchaînement des événements. Les conditions aérologiques ont fait que le front de flamme  s’est développé en tâche d’huile et qu’au bout de quelques heures, après avoir franchit une ligne de crêtes, les hauteurs du village se sont trouvées menacées.  Les premiers à se mobiliser furent des agriculteurs qui prirent conscience que certaines de leurs plantations de châtaigniers risquaient d’être atteintes par le sinistre. Puis les chasseurs se sont sentis concernés, une partie de leurs territoires de chasse allait être réduit en cendres. Trois jours plus tard quand une tempête de feu menaça les zones de captage d’eau potable, ce fut le tour des simples citoyens qui lors des moments d’accalmie vinrent prêter main-forte aux soldats du feu. 
Force a été de constater les points suivants :
- le citoyen est interpellé si et seulement si il perçoit une menace directe sur ce à quoi il accorde de la valeur,
- sa réaction se fait le plus souvent dans la précipitation, sans préparation préalable. Il peut ainsi mettre sa propre sécurité en danger.

Le CCFF de Tolla
Le début de cet événement de sécurité civile s’est produit  le 15 août 2003, soit quasiment  un an jour pour jour avant  le vote de la loi de modernisation de la sécurité civile. Cette dernière confère notamment au citoyen  un rôle actif dans le cadre de sa propre sauvegarde.
Cet incendie a marqué fortement les consciences et a prévalu à l’automne 2003, à la création d’un Comité Communal Feux de Forêt (CCFF). Cette structure regroupe des volontaires bénévoles œuvrant à la protection de l’environnement et capable le cas échéant d’apporter un soutien logistique aux pompiers et autres acteurs de la sécurité civile. C’est le maire du village, Monsieur Jean Baptiste CASALTA,  qui en est  le président. Il a apporté son aide précieuse à la création du CCFF et a facilité et soutenu les dotations en matériels.
Le CCFF de Tolla est donc une réalité, il est animé par l’infatigable Andréas Hass, médecin hospitalier de son état qui s’investit pleinement au sein de la structure. 
Avec 40 bénévoles , 45 actions représentant 2300 heures de travail sur le terrain ont pu être conduites sur la seule année 2010. Ces actions ont consisté à :
- réaliser des zones de discontinuité de combustibles afin de protéger le cas échéant des points sensibles comme des plantations forestières,
- ouvrir des sentiers pastoraux et de randonnées,
- planter  des arbres,
- aménager des points d’eau,
- surveiller les massifs forestiers par guet fixe ou par patrouille en cas de risque incendie fort,
- créer des bassins de stockage d’eau.


La réalisation des fascines à Aullene
© CCFF de Tolla

De plus, fort de son expérience de terrain le Comité Communal Feux de Forêt (CCFF) de Tolla sert aujourd’hui d’exemple à l’ensemble des communes de la région. Des échanges d’expériences, mais aussi des actions de terrain sur d’autres communes sont ainsi réalisées tout au long de l’année tel qu’un programme de reboisement  prévu en avril prochain sur des terrains communaux de la commune d’Aullene en Corse du sud.  En effet durant la saison estivale 2009, un important incendie à ravagé des centaines d’hectares  de forêt de pins et a menacé cette commune de l’Alta Rocca, une des plus belles régions boisées de l’Île.  Notre association a servi de catalyseur à l’implication des bénévoles locaux, qui dès l’automne ont mis en place  600 mètres linéaires de  fascines  afin de limiter les effets d’érosion provoqués par les pluies de début de printemps.  Après avoir apporté sa contribution au choix des espèces, un projet de réimplantation de plus de 300 arbres est prévu en partenariat avec l’association « Pour la Terre » et les écoles du canton. Outre l’implication d’un  jeune public  scolaire, l’idée est d’intégrer une stratégie permettant de limiter la vulnérabilité des plantations par la réalisation de zones de coupure de combustible. La démarche a aussi pour but d’expliquer aux scolaires toute la complexité de la forêt méditerranéenne confrontée annuellement au risque incendie.
Le citoyen se doit d’être un acteur de sécurité civile. Cet engagement  peut se faire spontanément, mais l’efficience de son action serra d’autant plus grande qu’une prise de conscience se sera opérée avant la survenue des aléas. Notre association à son niveau modeste œuvre  non sans mal à promouvoir ces  pratiques d’engagement volontaire et bénévole au service de la  sécurité de tous.

Jean Antoine DEMEDARDI vice-président du CCFF de Tolla, formateur RMé

logos
Copyright © 2009 Les risques majeurs. Conception & réalisation De Bussac Multimédia.