Céreste : l'exemple d'une petite commune face aux risques majeurs

S'il y a bien une chose qui malheureusement est bien partagée en France, c'est le risque (naturel ou technologique) qui pèse sur les communes, petites ou grandes, à travers tout le territoire. La prise en compte de ces risques majeurs ne devrait donc pas concerner uniquement les grandes agglomérations, et la mobilisation de certaines petites municipalités prouve que la prise en compte des risques majeurs n'est pas une question de moyens mais de volonté.

Un exemple à suivre

C'est ce qu'illustre parfaitement la commune de Céreste dans les Alpes de Haute-Provence, qui ne compte que 1300 âmes mais fait preuve d'imagination et d'un vrai dynamisme pour se préparer face aux multiples risques auxquelles elle est exposée. Risque d'incendie tout d'abord  pour cette commune situé au cœur du Massif du Luberon ; mais également risques technologiques avec le transport de matières dangereuses et la proximité du centre d'étude nucléaire de Cadarache ; risque de mouvement de terrain et risque sismique (la commune est située à 25 kilomètres de Volx qui a connu un séisme de faible intensité en septembre dernier).

Face à ces multiples risques, le maire de la Céreste, Gérard Baumel, a tout naturellement élaboré un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) pour préparer l'ensemble de la commune à faire face à une crise. Ce PCS est centré autour d'un Poste Communal de Commandement, qui a la particularité, au delà d'être abrité dans un bâtiment parasismique, d'être autonome électriquement grâce à un groupe électrogène mais surtout d'être totalement autonome en matière de communication, via un système satellite qui assure, même en cas de black out total des communications et de l'électricité, une permanence du téléphone et d'internet.

Les communications : maillon faible de la gestion de crise

Les retours d'expérience sur des crises ou des grandes catastrophes confirment que ce sont très souvent les communications qui tombent les premières, rendant la gestion de crise et la coordination des secours bien difficiles. Et pourtant, on continue de s'organiser à gérer les crises comme si les communications et les réseaux internet ne seraient pas impactés alors qu'ils constituent  assurément le maillon faible du dispositif.

Les maires qui ont la charge de la prévention des risques et de la gestion de crise dans leur commune pourraient très utilement s'inspirer du dispositif mis en place par Céreste (PCS, PCC, communication autonome). Des solutions simples et à moindre coût qui prouvent qu'il est à la portée de toutes les petites communes, et a fortiori des plus importantes, de se préparer très sérieusement à faire face à des risques majeurs qui peuvent à tout moment survenir.

logos iffo rme ihméc méddé HCFDC réseau ideal Science Frontières AFPCN l’institut des risques majeurs
Copyright © 2009 Les risques majeurs. Conception & réalisation De Bussac Multimédia.